Le Centre des monuments nationaux propose d’adopter un rosier du jardin de l’abbaye de Beaulieu-en-Rouergue (Tarn-et-Garonne)

Dans le cadre de la campagne de restauration et d’aménagement de l’abbaye de Beaulieu-en-Rouergue, le Centre des monuments nationaux prépare la création d’un jardin de roses qui sera planté ce printemps. Pour soutenir cette opération, le CMN propose aux amoureux de patrimoine et de nature d’apporter « leur pierre à l’édifice » en adoptant un rosier du futur jardin.

La restauration de l’Abbaye permettra notamment de créer un parcours muséal présentant la collection Brache-Bonnefoi au sein du logis abbatial jusqu’alors fermé au public

La rose présente à l’abbaye depuis le XII e siècle
Au XIIe siècle, au temps des croisades, les voyageurs ramènent du Proche-Orient de nouvelles variétés de roses dont la mythique rose de Damas. C’est à cette époque que la culture du rosier en France débute réellement avec la Rose des Apothicaires, cultivée pour qes vertus médicinales. A la même époque, Bernard de Clairvaux, grande figure de l’ordre cistercien fait de cette fleur un symbole de Marie et l’emblème de la fidélité à l’Eglise. Les cisterciens prennent dès lors l’habitude de ceindre les statues de la Vierge de couronnes de roses (de là viendra le terme rosaire) et, à la Pentecôte, de jeter des pétales de roses sur les fidèles pour figurer la descente de l’Esprit-Saint.
A Beaulieu, d’anciens systèmes d’accroche sur les façades témoignent de la présence de la culture de rosiers dès les premiers temps alors que, dans l’église abbatiale, la clé de voûte de la chapelle mariale est sculptée d’une rose.

Un jardin de roses en hommage à Geneviève Bonnefoi et à André Eve
C’est en s’inscrivant dans cette tradition, et dans le but de créer un trait d’union entre le monument, ses collections et le paysage préservé de la vallée de la Seye, que le Centre des monuments nationaux souhaite agrémenter la perspective sud d’un jardin de roses. Cet espace paysager rendra hommage à Geneviève Bonnefoi (donatrice du monument et de sa collection) et à André Eve, jardinier dont elle estimait le travail.

Dès 2022, le public pourra déambuler entre les seize massifs aux formes sinueuses composés de plantes vivaces et bulbeuses, d’arbustes et d’une multitude de rosiers, dont le rosier Abbaye de Beaulieu ® créé en 2018 par Jérôme Rateau en hommage à Geneviève Bonnefoi.

Une opération de mécénat et d’appropriation du jardin par son public
Chaque adoption permettra au mécène de voir apparaître son nom (ou celui de la personne de son choix) sur une étiquette d’ardoise au pied de son rosier. Après l’inauguration du jardin (prévu au printemps 2022), il pourra découvrir son rosier au gré d’une promenade à l’abbaye de Beaulieu-en-Rouergue.

Participation minimum pour adopter un rosier: 30 €.

Pour participer: aller sur la propre plateforme de dons en ligne de la  CMN, Ma pierre à l’édifice.