Pierre Soulages, le Chat, etc.

 

Itinéraire au sein des collections autour du Chat de Philippe Geluck

 

Musée Pierre Soulages, Rodez, Aveyron

 

Le parcours Pierre Soulages, Le Chat, etc. est un ensemble de dessins, des inédits de l’été, et quelques peintures sur toile dispersées dans le musée, dans le hall, en contrepoint des œuvres du Maître : contrepieds allégoriques et roulades sémantiques.

A cette occasion, un journal collector est publié, avec des notices, des textes et des images, des tutos et des jeux pour le jeune public.

Le Chat par Philippe Geluck – Musée Soulages


 

Retour sur une expo insolite

Le Musée Soulages compte une salle d’exposition temporaire où se tiennent généralement les dites expositions, le musée s’étant engagé auprès de Pierre Soulages à ce que les salles permanentes soient exclusivement dédiées à son travail.

Mais pour le Chat, Pierre Soulages en personne a accepté de faire une exception. Voilà donc que le Chat dialogue avec les œuvres du maître de l’Outre-Noir au sein même des collections, avec l’esprit qu’on lui connaît, un esprit belge qui flirte avec l’absurde, l’irrévérence et le surréalisme.

Ce n’est pas la première fois que Philippe Geluck confronte son Chat au monde de l’art, mais c’est la première fois qu’il partage les cimaises avec un peintre et que toutes ses réflexions se concentrent sur le travail de celui-ci.

Dans la gazette du Chat réalisée spécialement pour cette exposition, un sombre éditorialiste dénommé Siegmund von Geluck commente ce rapprochement des deux artistes, qui pourrait à première vue être “fait un yang hilaire et léger, un yin noir et puissant“: “Nous sommes tous bâtis sur le même moule, faits des deux et cela n’empêche pas Soulages de rire aux éclats ni Geluck d’être parfois tourmenté. Le noir de Soulages est lumineux, la clairvoyance de Geluck est parfois sombre“.

La  visite du musée n’a plus rien à voir avec la visite habituelle. L’ambiance se fait plus légère, empreinte d’éclats de rire ou de sourires.

Ce Musée, par le choix de ses matériaux, par ses jeux de lumière complexes, par les gris vibrants des murs a tout fait jusqu’ici pour qu’on perçoive en quoi les œuvres de Soulages sont avant tout un travail sur la lumière.

Pour qui en convient, la présence du Chat n’a donc rien d’irrévérencieux: c’est un angle de plus pour aborder l’œuvre de l’artiste, un trait de lumière supplémentaire qui finalement met en avant une donne commune aux deux artistes: avec un Chat toujours un peu le même, avec une couleur toujours recommencée, on peut toujours renouveler le discours.

 

Crédits photos: Eric Petit, François Thiaucourt, Anne Devailly