A Montauban, Jessica Nodin expose en vitrine et en prison

 

La  dessinatrice Jessica Nodin montre son travail dans deux lieux différents ce mois de septembre à Montauban, deux lieux qui ont des caractéristiques opposées: le premier   (une vitrine du centre-ville) permet à tout le monde de découvrir ses oeuvres sans avoir à franchir les portes d’une galerie ou d’un musée; la deuxième au contraire est réservée à un public extrêmement ciblé: les détenus de la maison d’arrêt de Montauban.

  1. Dans une vitrine de la librairie BauxLivres: “Il s’agit d’un accord que m’a  proposé le  libraire, Maurice Baux. Il me prête une vitrine à l’année et en retour, je me charge de la visibilité de la librairie  en ligne”, explique l’artiste, qui a déjà participé à  plusieurs manifestations  originales  de ce libraire: les  piliers de l ‘art, autrement  dit l’exposition sur les piliers extérieurs de la galerie, et la participation aux écritoires d’artistes.

La vitrine en question se trouve dans une rue exclusivement piétonne, place Nationale, très passante, collée à sa boutique et face à la Maison du Crieur. Jessica Nodin  prévoit de changer l’installation  tous les  mois. Titre de  cette opération: “Jessica Nodin, lèche-vitrine”.

#BauxLivresSurFacebookForEverBis!

Maurice Baux, Jessica Nodin

 

Bouée de sauvetage

 

2. L’exposition du SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Montauban):  La maison d’arrêt de Montauban est toujours enthousiaste à l’idée de mettre en place des actions culturelles en milieu carcéral pour aider les détenus à se développer et découvrir la culture là où ils pensent, depuis leurs horizons de vie, en être démunis, punis et/ou interdits. Elle organise pour la première fois une exposition de dessins contemporains pour élargir leur palettes d’initiatives artistiques auprès de leur public. Ils ont déjà travaillé avec des photographes, des comédiens, des danseurs, le cirque”.
Jessica Nodin est la première dessinatrice à exposer dans ce lieu. Pour l’occasion, elle a imaginé une affiche spécifique, intitulée #PASSAGE, qui est également le nom de l’exposition.


Représentant une oeuvre accrochée de travers sur des barreaux, illustrant elle-même une porte entrouverte, il dépeint une idée de ce que sont les actions culturelles en milieu carcéral, un possible passage entre un ouvert et un fermé, un dedans et un dehors, des agissements qui cadenassent et des violons d’Ingres qui délivrent, des sages et des moins sages… Pas sage !“.

 

 

 

 

 

 

Jessica Nodin  fait également partie des artistes sélectionnés pour Grafia, la première Biennale du dessin de Saint-Affrique. Vernissage ce vendredi 18 septembre.