A Toulouse, nouvelle acquisition pour le Musée des Augustins

 

Le musée des Augustins vient de faire l’acquisition d’un fragment de tableau qui pourrait être issu du grand tableau de Nicolas Tournier déjà conservé au musée, La Bataille de Constantin contre Maxence.

Crédit photo : Nye & Company.
Crédit photo : Nye & Company.

Dans le fragment acquis début août, deux guerriers en gros plan semblent observer un phénomène. L’un des deux semble se protéger d’une lumière trop vive. Les autres soldats contemplent le même spectacle. Il pourrait s’agir du signe miraculeux en forme de Croix qui surgit dans le ciel de Rome et qui préfigure la victoire de Constantin et sa conversion au christianisme.

Le tableau devait être de très grandes dimensions comme ceux d’Aubin Vouet qui succéda à Tournier pour le décor de l’église des Pénitents Noirs (Toulouse). Le fragment ne peut être appliqué directement au tableau du musée, La Bataille de Constantin contre Maxence, et d’autres parties semblent manquer. Actuellement, l’hypothèse la plus vraisemblable est que ces spectateurs se trouveraient de l’autre côté du pont par rapport à Constantin (à droite de notre tableau ci-dessous).

La restauration* de ce grand tableau menée en 2015-2016 par Florence Meyerfeld et Jérôme Ruiz a permis de rendre la lecture du tableau plus aisée et de retrouver des couleurs intenses en dépit de l’histoire tourmentée de cette immense toile, dont la réapparition américaine de ce fragment constituerait un témoignage éloquent.

L’achat de cette toile par le musée s’est déroulé très rapidement. Un collectionneur privé a repéré cette toile quelques jours avant dans le catalogue d’une vente aux enchères qui a eu lieu le 2 septembre dans le New Jersey, Etats-Unis. Connaissant bien la peinture française du XVIIe siècle, il a fait le rapprochement avec le tableau du musée des Augustins. N’ayant pas d’attache avec le musée, il a alerté le directeur de la publication La Tribune de l’art, journal en ligne spécialisé dans l’actualité de l’histoire de l’art. Ce dernier a immédiatement contacté le musée. Après un court délai de réflexion, la conservation du musée a jugé hautement probable que cette toile soit bien de la main de Nicolas Tournier. Et c’est ainsi que le musée a pu participer à distance à cette vente aux enchères et acquérir cette peinture.

Le musée des Augustins, lieu de référence pour l’œuvre de Tournier

Le musée des Augustins a abrité en 2001 la première exposition monographique consacrée à l’artiste qui réunissait pratiquement toute la production connue à l’époque, soit une trentaine de tableaux. Avec cette œuvre, il conserve désormais dix tableaux du peintre.

Quatre d’entre eux présents au musée depuis la Révolution française sont des peintures religieuses de sa période languedocienne. Deux pendants, un Saint Paul et un Soldat, acquis en 1991, datent de la période romaine du peintre. En 2015, le musée faisait l’acquisition d’un Saint Pierre également peint à Rome ; en 2017 Le Portement de croix provenant des Pénitents Noirs de Toulouse revenait dans les collections du musée ; et en 2019, le musée recevait Le Roi Midas d’un généreux donateur.

* Cette restauration a été menée avec le généreux soutien de la Fondation du Crédit Agricole –Pays de France et de la Fondation d’entreprise Crédit Agricole Toulouse 31.