L’écrivain (et peintre) Mahi Binebine, lauréat du Prix Méditerranée boycotte la remise du prix  prévue le 3 octobre à Perpignan

 

Le Prix Méditerranée nous a honoré, une telle distinction nous a réjouis venant d’une institution fondée par les défenseurs d’une certaine idée de l’espace méditerranéen, notre Mare Nostrum, et des ‘diversités fondatrices de son identité’” écrit l’écrivain dans une déclaration transmise au site Atlasinfo.

Or, dans la situation politique actuelle à Perpignan, les turbulences que traverse le centre méditerranéen de littérature, organisateur de ce prix parrainé par la ville, nous amènent à décliner l’invitation (…) Cette décision est motivée par le souhait d’éviter tout amalgame et toute récupération ou instrumentalisation de la culture à des fins idéologiques ou politiques (…) En ces moments d’incertitude et plus que jamais, l’hospitalité, le vivre ensemble et la bienveillance n’ont pas de prix. Ou plutôt si, celui de l’engagement et de la solidarité (…) Par notre refus, nous souhaitons éveiller les consciences face aux idéologies du rejet et du repli sur soi”.

Mahi Binebine, peintre et écrivain

Né en 1959 à Marrakech, Mahi Binebine peintre et écrivain francophone s’installe à Paris en 1980 pour y poursuivre ses études de mathématiques, matière qu’il enseigne pendant huit ans.

Puis il se consacre à l’écriture et à la peinture. Plusieurs de ses romans sont traduits en une dizaine de langues.

Il émigre à New York de 1994 à 1999.

Ses peintures font partie de la collection permanente du musée Guggenheim de New York.

Il revient à Marrakech en 2002 où il vit et travaille actuellement.

 

 

Déclaration signée par les trois lauréats:
Mahi Binebine, Prix Méditerranée 2020 pour son roman Rue du pardon (Stock).
Giosue Calaciura, Borgo Vecchio, Notabilia, Prix Méditerranée étranger 2020;
Souad Labbize, Je franchis les barbelés, Prix Méditerranée poésie 2020.

Parallèlement, la nouvelle municipalité, qui souhaite plus que tout montrer son attachement à la culture, annonce la réouverture de l’école des Beaux-Arts. de Perpignan.

La vie culturelle de la ville maintenant dirigée par une équipe Rassemblement National s’annonce compliquée.

Mai Binebine, Rue du Pardon, livre récompensé par le prix Méditerranée 2020
Peinture de Mahi Binebine. Crédit: Mahi Binebine