Le photographe sétois Théo Combes, premier lauréat de la bourse Laurent Troude

 

Sète, novembre 2018, le Môle, lieu de départs et d’arrivées. Photo Théo Combes

Théo Combes, 27 ans, est lauréat de la première édition de la bourse Laurent Troude, soutenue par Libération, la Saif – Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe, Divergence-Images & ImageSingulières, pour son reportage «Noire Méditerranée».
Théo Combes, Sétois, a étudié à l’ETPA, l’école de photographie de Toulouse.
Il a proposé ce reportage, Noire Méditerranée, pour la bourse Laurent Troude qui récompense un jeune photographe pour un sujet mené sur le territoire français.


Pendant un an, Théo Combes a cherché les lieux, les visages, les traditions qui rendent compte des traces de l’immigration espagnole, russe, maghrébine, sur la côte méditerranéenne française.

Pour ce travail, il est parti de Portbou où s’est donné la mort en 1940 Walter Benjamin, fuyant l’Allemagne, pour finir à Menton où les migrants empruntent les sentiers montagneux pour rejoindre la France, parfois avec l’aide des habitants. Entre les deux, Argelès-sur-Mer où étaient rassemblés les Espagnols fuyant le franquisme ou Rivesaltes où les Harkis ont connu le même sort en 1962, etc.

 

Son reportage devait être projeté au festival ImageSingulières à Sète, annulé en raison de la crise sanitaire.

L’appel à candidatures pour la deuxième édition de la bourse Laurent Troude est ouvert jusqu’au 25 mai.