Expo virtuelle: Vincent Bioulès, par sa galerie parisienne, La Forest Divonne

 

La galerie parisienne La Forest Divonne devait organiser le jeudi 19 mars le vernissage de la nouvelle exposition de Vincent Bioulès, Les douze mois de l’année (en hommage à Michel Descossy), qui devait se tenir du 19 mars au 9 mai.
L’exposition devait s’articuler autour de douze toiles représentant «l’Etang de l’Or», reconstituant ainsi le souvenir que l’artiste a retenu mois après mois, année après année, de ce coin qui lui est très cher, les lumières et couleurs changeant toutes les heures.

Vernissage et exposition évidemment invisibles pour cause de confinement général.

Sur le site de la galerie: « Compte tenu des recommandations sanitaires gouvernementales, les deux vernissages de l’exposition de Vincent Bioulès ‘Les douze mois de l’année’ sont repoussés à une date ultérieure que nous vous communiquerons dès que possible ».

Le site de la galerie permet de voir sept des toiles qui allaient être exposées.

 

 

Vincent Bioulès
Né en 1938, vit et travaille à Montpellier
Avec entre autres, Jean-Pierre Pincemin et Claude Viallat, Vincent Bioulès est l’un des fondateurs du groupe Support/Surface, l’un des derniers mouvements de l’avant-garde française, effectif au début des années 1970.

Au milieu des années 1970, l’artiste délaisse l’abstraction pour la figuration.
Ses œuvres témoignent de « ce qu’il y a d’irremplaçable dans l’instant » dans une recherche reflétant son passage par l’abstraction : « Ce que je fais aujourd’hui n’aurait pu exister sans l’expérience précédente de l’abstraction ».

Le musée Fabre à Montpellier a consacré une rétrospective à l’artiste l’été 2019.