Marion Mounic lauréate de la 17ème édition de la Biennale d’art contemporain de Champigny-sur-Marne (94)

 

A 28 ans, Marion Mounic est la lauréate de la 17e édition de la biennale d’art contemporain- CRAC, organisée par la ville de Champigny-sur-Marne avec son installation « Propre cuisine ».

Marion Mounic a suivi les beaux-arts à Tarbes et vit et travaille maintenant à Sète.

Installation « Propre cuisine », prix du jury 2020 – Marion Mounic (photo : Éloïse Dubois)

 

Marion Mounic a remporté le prix du jury avec une installation intitulée Propre cuisine, qui trouve son origine à la fois dans le parcours personnel et artistique de l’artiste: elle, dont le père est marocain, s’est inspiré de son vécu au Maroc, où elle a été en résidence pendant sa formation aux Beaux-Arts.

« De cette question sur mes origines, je suis venue interroger les gestes du quotidien, de la tradition et de la religion. Ainsi ce meuble haut et ouvert de cuisine porte un plateau (marocain) dans lequel est posé un livre sacré, Le Coran, qui baigne dans l’huile d’olive. Les pages deviennent transparentes ; le texte vient s’entremêler avec l’huile forçant ces éléments à vivre ensemble. Il est comme recouvert d’un liquide doré où se crée quelque chose d’autre, de précieux. Je ne suis pas croyante, et je préciserais que ce geste n’est pas blasphématoire. Simplement, l’huile d’olive vient lier tradition et religion rendant aussi visible l’ambiguïté qui me traverse dans cette quête à comprendre une culture« , a expliqué l’artiste à Sophie Durat pour le site de la ville de Champigny.

Période faste pour l’artiste puisque fin 2019, elle était l’une des lauréates du prix Mezzanine Sud – Prix des amis des Abattoirs qui met en avant des artistes émergents de l’art contemporain en lien avec l’Occitanie.

Détail insolite: au lycée, Marion Mounic était en sport étude football puis a réalisé un BTS communication des entreprises avant de bifurquer vers les Beaux-Arts.

crédit: ville de Champigny-sur-Marne