- Publicité -

Après Rodez, Montpellier et Paris fêtent le centenaire de Pierre Soulages

 

Exposition au musée Fabre, 27 novembre-19 janvier.


Le peintre Pierre Soulages a des attaches fortes avec trois villes de la région: Rodez où il est né, Sète où il vit et Montpellier où il a fait ses études et rencontré sa femme.

L’artiste a fait don de dessins à sa ville natale qui a fait construire le musée Soulages pour les accueillir, mais il a légué des peintures au Musée Fabre de Montpellier, qui est ainsi le musée qui possède la plus importante collection de toiles de l’artiste: Pierre Soulages a donné vingt toiles au musée Fabre et en a mis dix autres en dépôt. 

Le musée Fabre: Soulages porte une affection particulière au musée Fabre et a toujours affirmé que c’est là qu’il a vraiment découvert la peinture, alors qu’il était étudiant aux Beaux-arts, en regardant avec une autre étudiante qui allait devenir sa femme, Colette, les œuvres de Courbet, Zurbaran où Véronèse. Le musée lui consacrait une première exposition en 1975. Pierre Soulages avait ensuite été étroitement associé à la conception du nouveau musée Fabre dans les années 2000.


Les événements en région: Rodez a célébré le centenaire par une série de manifestations regroupées sous le nom « Le siècle Soulages », qui ont animé toute l’année 2019. Sète a priori n’annonce pas de manifestation particulière et Montpellier, comme Paris, a choisi de concentrer ses initiatives sur le mois de naissance de l’artiste (né le 24 décembre) en proposant un programme en deux volets principaux: un nouvel accrochage au musée jusqu’en mars et une création musicale.

Le Musée présente 36 œuvres. Les plus grandes, souvent des polyptyques restent dans les salles spécifiques à l’artiste, mais d’autres en revanche sont accrochées spécifiquement pour l’événement en vis-à-vis des œuvres qui ont inspiré l’artiste.

Musée Fabre, Oeuvre de Pierre Soulages, 1986. Crédits : Musée Fabre – Montpellier Méditerranée Métropole

Parmi les 36 œuvres, quelques prêts, dont certains exceptionnels, comme Peinture 162×114 cm, 28 décembre 1959. Cette toile prêtée par Christie’s pour le compte d’un grand collectionneur anonyme, détenait le record de vente de Soulages aux enchères : 9,2 millions d’euros à New-York en 2018,… jusqu’à ce que ce record soit battu fin novembre avec une adjudication d’une toile à Paris à 9,6 millions d’euros.

Deux autres toiles majeures viennent du musée Soulages de Rodez où le musée Fabre enverra deux peintures en janvier. Le musée Fabre prête aussi pour la rétrospective du Louvre (vernissage le 10 décembre) une toile historique : le premier de ses outrenoirs. 

L’événement se complète par un parcours fléché au fil des collections qui permet de repérer les œuvres préférées de Pierre Soulages. 

Présentation du programme par le président de la métropole, Philippe Saurel, entouré de Michel Hilaire, directeur du musée et Valérie Chevalier, directrice de l’Opéra Orchestre national.
Crédit photo Montpellier Méditerranée Métropole

Les deux concerts du Nouvel An de l’Orchestre national de Montpellier lui seront dédiés, avec un programme reflétant ses goûts musicaux, incluant donc des oeuvres médiévales et des pièces de jazz. Pour le concert du nouvel an, mardi 31 décembre et mercredi 1er janvier au Corum, l’orchestre national de Montpellier jouera l’oeuvre commandée à un compositeur, Julien Guillamat, qui s’est inspiré des tableaux du peintre. Les visiteurs du musée Fabre peuvent écouter cette oeuvre au casque, en visitant l’exposition.

A Paris, l’exposition que lui consacre le Louvre est un événement en soi, le musée ne consacrant quasiment jamais d’exposition à des artistes vivants. L’exposition va présenter une vingtaine d’oeuvres recouvrant toutes les étapes de sa carrière.
Carré du Louvre, à partir du 11 décembre et pour trois mois.

Le Centre Pompidou lui consacre également une exposition, Soulages et le musée national d’art moderne. L’exposition se concentre sur 14 oeuvres dont sept présentées pour la première fois dans ces lieux.
11 décembre-9 mars.

Tram « Soulages » Montpellier ©Ludovic_Severac-Montpellier-Méditerranee-Metropole