- Publicité -

 



Décès du peintre toulousain Jean-Jacques Drout

L’artiste était  notamment membre des Arts en balade à Toulouse. L’une de ses amies dans l’association, la photographe et plasticienne Véronique Brill, revient sur son parcours: Jean-Jacques Drout, né en 1948, s’est découvert lui-même à travers la peinture et, disait-il, cette découverte intime conduit à ne plus jamais se mentir. Cela s’est fait en trois épisodes, d’abord enfant, « quand le dessin à la gouache est devenu mon seul moyen de m’évader ».

Puis, entre 22 et 27 ans, quand il suivait, assidu, les cours du soir de la Ville de Paris et les cours informels de Lucien Terny.

A 41 ans, il décide de devenir peintre artiste à part entière et « reprend tout à zéro ». Sa peinture est passée par différentes phases, abstraction surréaliste ou travail sur la matière, pour aboutir à des équilibres calmes et vibrants où les glacis jouent avec la lumière.

Il voulait que sa peinture soit une poésie pour le regard et qui chante. Car c’est ainsi que cet anar pacifiste voyait l’art : ça chante ou ça ne chante pas.

Jean-Jacques Drout a participé aux dernières éditions des Arts En Balade.  A Toulouse également, la Palette des Possibles qui l’avait accueilli en 2018 lui consacrera une exposition hommage très bientôt.