Quand l’art intervient au service des jeunes de la protection judiciaire

(crédit: Frissons et hanneton)

Chaque année, pendant trois jours au mois de juin, 120 jeunes sous protection judiciaire se réunissent à l’initiative du Ministère de la justice dans un cadre naturel préservé au milieu des garrigues du Grand Pic Saint-Loup de l’Hérault. Ils y rencontrent des artistes et y présentent des ateliers, des spectacles et des expositions travaillés dans l’année avec leurs éducateurs et éducatrices.

L’opération fait évidemment la part belle aux arts vivants, mais cette année, l’association Frissons et Hanneton a tenu un atelier de sérigraphie. Les responsables de l’association avaient préparé en amont les jeunes à la techniques et préparé deux visuels sur place en trois jours à partir des dessins des jeunes. Chaque jeune a imprimé lui même ces visuels aux couleurs de son choix.

Longtemps installée à Toulouse, l’association Frissons et Hanneton a aujourd’hui son atelier à côté de Gaillac, mais travaille sur des événements sur toute la région.