- Publicité -


La plasticienne montpelliéraine eDline réalise un lama potager 

 

La plasticienne eDline, spécialisée dans les installations et performances de land-art, finalise à Haubourdin (59), dans la ferme du Bocquiau, un “lama potager”.

L’artiste est en résidence depuis le 27 mai et jusqu’au 15 juin dans cette ferme, pour travailler sur cette sculpture monumentale végétale en forme de « Lama potager », qui sera inaugurée à l’issue de sa résidence.

Pour eDline, ce choix est mûrement réfléchi: “Parmi les dix plantes potagères les plus cultivées au monde, cinq sont originaires du Nouveau Monde dont le maïs qui est LA plante la plus cultivée. Viennent ensuite la pomme de terre, le manioc, le quinoa et la tomate. De plus, l’écologie historique a établi l’existence de quatorze foyers de domestication des plantes dont onze sont situés dans la zone tropicale! Et le foyer amazonien a donné pas moins de 85 espèces… toutes les courges de type cucurbita, tous les poivrons et piments, la patate douce, l’ananas, le haricot vert, l’avocat mais aussi le cacao, le tabac, l’hévéa (pour le caoutchouc), le quinquina (médicament) et des bois tropicaux de grande qualité”.

(…) Avec les conquêtes des nouveaux territoires, le trésor amérindien se diffuse dans l’Ancien Monde : les plantes sont ramenées, acclimatées et cultivées très rapidement par la création de jardins d’acclimatation, de sociétés d’horticulture, par le développement d’expéditions scientifiques et colonisatrices.

Parmi ces américaines introduites en Europe au XIXième siècle, se trouve également l’herbe de la Pampa, qui s’est depuis échappée des jardins pour devenir une Espèce Exotique Envahissante problématique pour la biodiversité.

Le Lama Potager porte ici sur son dos le trésor que sont ces plantes qui nourrissent l’humanité et sa fourrure est constituée de ces plantes qui se sont échappées de la domestication. Les deux sortes constituent un danger pour la biodiversité, les unes par l’uniformisation, les autres par la dérégulation”.