- Publicité -

Incendié par les gilets jaunes, le cadran solaire de MA2F a dû être démonté  (Perpignan, 66)

 

(Photos: Marc-André 2 Figuères)

 

Les gilets jaunes ont eu raison du cadran solaire de l’artiste Marc-André 2 Figuères qui symbolisait depuis son installation il y a quatre ans l’entrée à Perpignan.

Deux grues hydrauliques sont venues le 3 avril démonter l’oeuvre avant que la dentelle métallique insérée dans le mât ne soit elle-même découpée délicatement au chalumeau prochainement, en vue de la stocker avant remontage.

Le démontage a été rendu nécessaire après que des gilets jaunes avaient inséré dans la colonne des pneus enflammés le 20 janvier, fragilisant la structure qui risquait dès lors de s’écrouler. L’opération était délicate en raison du gigantisme de la barre de ce cadran solaire géant : l’aiguille solaire pèse 28 tonnes et mesure 30 mètres.

L’artiste, accompagné de son avocat, a assisté au démontage de son oeuvre. Le démontage, la réparation et le remontage de l’oeuvre doivent être pris en charge par l’assureur de la communauté urbaine de Perpignan, un total de plus de 240 000 €. Mais selon l’entreprise Richier qui a effectué le démontage, le mat est détérioré et doit être lui aussi refait.

L’artiste nous précise quand même qu’en parallèle, la justice a ouvert une information judiciaire pour trouver les coupables. L’artiste, quant à lui, sera vigilant sur la suite des opérations, espérant que cette fois-ci, son droit moral en tant qu’artiste sera respecté par les politiques. Marc-André 2 Figuères est particulièrement vigilant, en raison d’un précédent qui l’a opposé à la ville de Perpignan: celle-ci lui a demandé en 2018 de démonter une autre de ses oeuvres, un monumental Entonnoir en pierres, installé dans le cour du muséum d’histoire naturelle de Perpignan. L’artiste avait saisi la justice, mais celle-ci avait donné raison à la municipalité. Depuis, l’oeuvre a trouvé un nouveau lieu d’accueil, dans une propriété viticole en Espagne.