- Publicité -

Montauban (82): quatre nouvelles sculptures contemporaines en hommage à Bourdelle

 

Montauban, la ville d’Ingres et de Bourdelle va avoir sur son espace public d’ici la fin de l’année quatre nouvelles oeuvres contemporaines, conçues pour rendre hommage au sculpteur. Deux des quatre sont réalisées par des artistes de la région, Emilie Prouchet dalla Costa (Négrepelisse, 82) et Corinne Chauvet (Albi, 81).

Les quatre artistes ont remporté le concours qu’avait lancé la ville en juin 2018. Ce concours comprenait six lots, mais quatre seulement ont été pourvus.

Ces oeuvres vont prendre place sur les allées de l’Empereur et Mortarieu réaménagées. Un Bourdelle au travail, une oeuvre représentant Camille Claudel, élève de Rodin comme le fut lui-même Bourdelle et deux Héraclès, en référence à l’une des oeuvres les plus connues de Bourdelle, à voir au musée Ingres.

Émilie Prouchet Dalla Costa, Les flèches de l’Héraclès archer (acier corten)

“Je propose une œuvre d’environ 3 mètres de haut représentant plusieurs flèches d’acier corten positionnées de manière à former une volée de flèches plantées dans le sol. Bourdelle à travers son œuvre montre Héraclès tuant les oiseaux du lac de Stymphale en Arcadie, mais dans toutes les déclinaisons d’Héraclès Archer, il ne représente jamais les flèches du demi-dieu. C’est pourquoi, à travers mon œuvre je souhaite rendre visible l’invisible en matérialisant ce qui a été suggéré par Bourdelle. Les grandes flèches d’acier corten dont le socle sera dissimulé sembleront être plantées directement dans le sol. Le procédé visant à faire disparaître le socle au profit de l’œuvre conférera à l’ensemble de la sculpture un rapport direct avec son environnent. Les découpes de l’acier ainsi que les feuilles d’or qui parsèmeront l’empennage des flèches feront référence aux plumes de bronze qui composaient les ailes des oiseaux du lac Stymphale.  Enfin, l’orientation des flèches viendra du musée Ingres où un plâtre d’Héraclès Archer est conservé. Ainsi le spectateur pourra faire le lien entre la position géographique du musée Ingres et la volée de flèches. Comme si Héraclès figé dans le plâtre reprenait vie le temps de libérer Montauban des oiseaux de Stymphale”.

Émilie Prouchet Dalla Costa enseigne les arts plastiques et le design à l’université Toulouse. Elle a réalisé le nouveau monument aux morts de Parisot inauguré dernièrement.

Corinne Chauvet, Héraclès archer sortant de terre

3,50 m de long et 2,78 m de haut, 1,30 m de large (résine). Sera installée au Bélvédère en novembre 2019.

Corinne Chauvet s’est rendue à maintes reprises au musée Bourdelle de Paris pour s’imprégner de l’œuvre de ce maître. Elle s’est mise dans la peau d’Antoine Bourdelle : “Qu’aurait-il fait s’il vivait encore ?”
Artiste maître de la commande publique, il aurait utilisé les moyens modernes. Le projet de Corinne Chauvet repose alors sur les nouvelles technologies, la numérisation 3D et l’agrandissement. Son parti pris repose également sur le choix de l’œuvre, Héraklès Archer, emblématique. Elle  choisit de multiplier par deux un détail, la partie supérieure du corps qui émerge du jardin du Bélvédère, pointant vers le musée Ingres rénové.

Corinne Chauvet a déjà eu des commandes publiques du musée de la médecine de Bruxelles mais va réaliser à Montauban sa première sculpture publique monumentale.

 

Patrick Berthaud (travaille en Alsace), La vague (représentation de Camille Claudel)

Patrick Berthaud travaille en Alsace

Jean-Marc Le Mesre de Pas (travaille en Normandie), Bourdelle au travail (bronze)

Jean-Marc Le Mesre de Pas travaille en Normandie

La ville compte déjà un nombre impressionnant de sculptures sur l’espace public dont dix bronze d’Antoine Bourdelle et une trentaine de sculptures contemporaines.

 

…..