- Publicité -

Les mésaventures des artistes de la région sur Facebook: Joël Bardeau et Myriam Valle.

Le photographe plasticien toulousain Joël Bardeau de nouveau censuré sur Facebook.

Ce n’est pas une première pour l’artiste, mais cela reste à chaque fois une décision du géant américain qui le fait bondir: cette fois-ci, c’est un téton (pourtant anecdotique) sur l’affiche de l’expo “Abandons” qui lui valent trente jours de censure pour sa page. Pour bien montrer que cela n’allait pas l’arrêter, l’artiste a enchaîné sur une nouvelle création prenant pour thème la dite censure…

 

Concernant une autre toulousaine, Myriam Valle, ce n’est pas la politique du réseau elle-même qui est mise en cause, mais l’utilisation des oeuvres qu’elle permet par des personnes indélicates.

Un de ses “amis” Facebook a ni plus ni moins repris une toile qu’elle venait de publier, rajouter deux coups de pinceaux pour la republier sous son propre nom…

Furieuse, Myriam Valla a publié les deux oeuvres pour que tout le monde juge, en précisant: “Lui a signé, a donné un titre (« Poème de femme », il aurait pu trouver un peu plus rock n’roll…), la technique (inventée) et le format. Tranquillou bilou ! Ce n’est ni de l’inspiration ni de la copie, c’est du vol. Je lui ai envoyé, un message, deux messages… pas de réponse c’est dommage, mais il a enlevé la photo de FB et de son site”.

Myriam Valle nous précise: “Avec cette histoire, je ne pensais vraiment pas avoir autant de messages de soutien, c’est le truc le plus sympa de cette histoire”.