- Publicité -

Pierre Silvestrin achève 110 têtes en argile, Lavaur (81)

Pierre Silvestrin, qui vit et travaille près de Lavaur (Tarn) a achevé récemment une série de 110 têtes faites avec l’argile de son jardin.

Artisan peintre quand il était actif, il avait participé à quelques chantiers de restauration de monuments historiques dont la restauration d’une église à Faïence dans le Var.

Une fois à la retraite, il s’installe dans le Tarn et prend le temps de peindre et sculpter, sans toutefois avoir beaucoup de moyens à y consacrer. “En fait, c’est un peu les circonstances qui m’ont permis de faire cette série. J’ai eu des problèmes de fuite d’eau et pour les régler, j’ai dû creuser dans mon jardin. J’ai alors vu que j’avais de la bonne terre argileuse. J’en ai prélevé 80 kilos et j’ai commencé à faire des têtes. C’était il y a un an. J’en faisais une, je la détruisais et j’en faisais une autre. J’en ai fait comme cela 110, des têtes réalistes ou caricaturales, en fonction des modèles que je trouvais, et qui peuvent faire 40 cm comme 115. J’ai trouvé beaucoup d’idées en ligne, je me suis inspiré de quelques oeuvres jusqu’à ce que je trouve le travail de l’artiste Nino Pajo, qui travaille en Dordogne. Je l’ai contacté pour savoir s’il m’autorisait à m’inspirer de ses toiles et il a accepté bien volontiers.

Pierre Silvestrin a donc détruit sa production au fur et à mesure. Il a tout de même réalisé deux moules en élastomère de deux figures et une épreuve en plâtre d’une troisième. “Il reste aussi AbbéRésa, une tête qui est inspirée à 50% de l’Abbé Pierre et à 50% de Mère Teresa. J’en ai fait un moule et je l’ai coulée en béton”.

Pour le reste, il faut se contenter des photos des têtes reparties dans le jardin. “J’ai fait, j’ai détruit, j’ai refait, mais j’ai beaucoup appris à faire cela!”.